Instituts, fédérations et associations d’aide aux victimes

Il existe un grand nombre d’associations de victimes, celles-ci offrent le plus souvent une aide relative aux préjudices juridiques et financiers.

Ci-dessous les associations ou fédérations membres du Conseil National de l’Aide aux Victimes présidé par le garde des Sceaux ainsi que des associations spécialisées dans la prise en charge du traumatisme psychique. Elles possèdent un site web détaillé et, pour la plupart, éditent un annuaire exhaustif renvoyant vers des antennes locales sur l’ensemble du territoire français.

Le CNAV – Conseil National de l’Aide aux Victimes 

Le CNAV

 

Annuaire d’associations d’aide aux victimes

Association France-Victimes (anciennement Institut National d'Aide aux Victimes et de Médiation- INAVEM)

Association France-Victimes : Fédération généraliste d’aide aux victimes, créée en 1986, l’Association France-Victimes a pour mission d’animer, de coordonner et de promouvoir le réseau d'aide aux victimes, ainsi que d'engager des partenariats, des conventions pour faciliter l'accès des personnes victimes vers les nombreuses associations locales. L’Association France-Victime a mis en place un numéro national d’aide aux victimes, le « 08 VICTIMES ». Il est membre du Conseil National de l’Aide aux Victimes.

Le CNIDFF – Centre National d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles

Le CNIDFF : Fondé en 1972 à l’initiative de l’État, le CNIDFF et localement  le réseau des CIDFF est un relais essentiel de l’action des pouvoirs publics en matière d’accès aux droits pour les femmes, de lutte contre les discriminations et les violences sexistes et de promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes. Il est membre du Conseil National de l’Aide aux Victimes.

La FENVAC – Fédération Nationale des Victimes d’Attentats et d’accidents Collectifs

La FENVAC a été créée en 1994 par huit associations de victimes de catastrophes. Elle est membre du Conseil National de l’Aide aux Victimes.

L’APEV - L'association "Aide aux Parents d'Enfants Victimes"

Née en 1991, l’APEV est une association nationale de victimes et d'aide aux victimes. Elle est animée uniquement par des parents dont un enfant a été assassiné ou a disparu. Elle est membre du Conseil National de l’Aide aux Victimes. L'accompagnement des familles peut prendre diverses formes 1) accompagnement moral et psychologique, 2) conseils d'ordre juridique et administratif, 3) organisation de groupes de paroles, 4) rencontres avec des professionnels de la justice : magistrats, avocats, policiers et gendarmes, psychologues, journalistes…, 5) organisation de journées d'information sur le procès d'assises, dans un tribunal, en présence de magistrats, d'avocats et de psychologues, 6) accompagnement des familles lors des procès d'assises, 7) suivi personnalisé de chaque cas. Elle dispose de plusieurs antennes régionales.

La FNSF – La Fédération Nationale Solidarité Femmes

La FNSF est un réseau regroupant depuis plus de 25 ans les associations féministes engagées dans la lutte contre toutes les violences faites aux femmes, notamment celles qui s'exercent au sein du couple et de la famille. Elles créent des lieux d’accueil, d’écoute et d’hébergement gérés par 64 associations fédérées au sein de la Fédération Nationale Solidarité Femmes. Depuis 1992, la FNSF a mis en place le service national téléphonique d’écoute-information-orientation, le « 3919 - Violences Femmes Info».

L'institut de Victimologie

L'Institut de Victimologie créé en 1994, est une association Loi 1901. Sa mission est l'amélioration de la prise en charge des victimes qui ont subi un traumatisme psychologique. Il vise à promouvoir le traitement précoce et spécifique de ces victimes. L'institut se structure autour d’un « pôle santé Centre », unité de soins agréée spécialisée dans le traitement médico-psychologique des victimes, et d’un « Pôle formation/ Debriefing/ Recherche ». Celui-ci mène des actions de formation auprès de nombreux partenaires (conseil généraux, collectif féministe contre le viol, associations d'avocats, de médecins, de services de protection de l'enfance et d'aide aux victimes, police, gendarmerie...). Il  intervient dans  le suivi post-agression auprès de différentes entreprises (banques, distribution, transport...) et développe une activité de conseil et de formation sur les risques psychosociaux, la gestion de crise, et les violences en entreprise.

Il regroupe les coordonnées de nombreuses associations d' aide aux victimes et aux familles de victimes et de lieux de consultation de soins spécialisés en psychotraumatologie sur l’ensemble du territoire.   

 

 

La HAS (Haute Autorité de la Santé) propose un annuaire en ligne d’associations de patients ayant développés des troubles psychiques.                                       

 

 

Autres associations de victimes

Beaucoup d’associations se sont constituées autour d’un événement spécifique, comme l’association « Plus jamais ça » créée en 2001 par un collectif toulousain après la catastrophe AZF dans le but de favoriser les procédures judiciaires et d’offrir un accompagnement spécifique aux victimes. Leurs actions sont essentielles pour le soutien des victimes et participent également à l’avancement des lois grâce à leur combat militant dédié, dans de nombreux domaines (non exhaustif) : la lutte contre le racisme, les violences sexuelles, le harcèlement psychologique, l’enfance martyrisée, les crimes contre l’humanité, les victimes d’infractions, les victimes d’accidents collectifs, les victimes d’attentats (Suite aux attentats de Paris et de Nice : https://www.afvt.org/, http://www.lifeforparis.org/le-fond-de-garantie-fgti/, http://13onze15.org/, https://promenadedesanges.org/qui-sommes-nous/ etc.. )

A titre d’exemple, l’association SOS-Attentats a ainsi été à l’origine de la création du Fonds de garantie pour les victimes d’actes de terrorisme.